Interview Le Figaro – «On ne peut pas laisser François Hollande être candidat»

INTERVIEW – Pour le député PS de l’Essonne, proche de Manuel Valls, le président sortant doit renoncer à se présenter à sa propre succession dans les jours qui viennent.

LE FIGARO. – François Hollande doit dire dans les prochains jours s’il est candidat à un deuxième mandat ou pas. Souhaitez-vous qu’il le soit? 

Malek BOUTIH. – Non. Il faut que François Hollande comprenne que l’horizon lui est fermé. Le président est isolé au sein de la gauche, isolé au sein de son propre parti, isolé chez les militants. Il faut aussi que François Hollande comprenne que son problème, ce ne sont pas les sondages. Son problème, c’est lui, ce qu’il est, son comportement, le livre dans lequel il s’est abondamment confié et, désormais, cette enquête ouverte par le parquet de Paris pour compromission du «secret défense»…! François Hollande veut sans doute être candidat mais il doit comprendre qu’il n’y a pas d’état de fait. Il ne peut pas imposer sa candidature et dire: «voilà, c’est comme ça, il faut se soumettre…»

Manuel Valls se tient prêt à être candidat si François Hollande ne l’est pas. Le premier ministre peut-il tenter de pousser son avantage ou est-il contraint d’attendre la décision du chef de l’État?

Le premier ministre est confronté au défi de la responsabilité face à l’irresponsabilité présidentielle. Je l’ai dit: François Hollande a démontré qu’il y avait désormais un problème sur sa personne. On voit bien que la France vient après lui, et que la gauche vient plus loin encore derrière. Or, on a besoin de tenir les deux bouts de la chaîne: l’État, la gauche. Aujourd’hui, le premier ministre sert de catalyseur, il rassemble tous ceux qui ne veulent pas de François Hollande pour 2017. Je suis persuadé que ce courant anti-Hollande est désormais majoritaire à gauche. Je dirais même qu’il est majoritaire au sein du gouvernement: s’il y avait un vote, une majorité de ministres se prononceraient contre une candidature du président sortant.

Pourquoi François Fillon a-t-il réalisé un aussi joli score?

Parce que d’un certain point de vue, il représente, aux yeux de la droite en tout cas, tout le contraire de François Hollande: le sérieux, le statut d’homme d’État, quelqu’un qui assume ses responsabilités, qui ne tergiverse pas, ne manipule pas…. Contrairement à ce qu’ils croient à l’Élysée, le score de François Fillon au premier tour de la primaire n’est pas une bonne nouvelle pour François Hollande.

Mais concrètement, que peut faire Manuel Valls si François Hollande décidait de se présenter?

Il ne fera pas de putsch! Mais en même temps, on ne peut pas laisser François Hollande être candidat, on ne peut pas le laisser s’imposer à la gauche française. S’il y a complot, il n’est pas du côté des vallsistes ou de tous ceux qui ne veulent pas de François Hollande. Le complot, il est à l’Élysée! Le premier ministre doit donc tenter de rassembler au-delà de ses soutiens traditionnels. Il doit tendre la main à des élus, des personnalités dont on pensait qu’elles n’étaient pas d’accord avec lui… Mais il faut le faire avec calme. Nous sommes nombreux à poursuivre le même objectif, avec détermination, avec sérieux: faire en sorte que François Hollande renonce à être candidat à sa propre succession.

Par Solenn de Royer